Mosaïque

Mosaïque : le même adjectif désigne ce qui vient de Moïse, et l’assemblage de morceaux variés qui composent une seule représentation. C’est donc le mot idéal pour parler de l’exposition qui s’est ouverte le 14 octobre 2015 au musée d’art et d’histoire du Judaïsme. « Moïse, figures d’un prophète », c’est en effet l’occasion de montrer les figures de ce prophète, rendues nombreuses par son cumul des fonctions royales, législatrices, sacerdotales et prophétiques, par les appropriations par les iconographies juives, catholiques, protestantes, et les va-et-vient entre elles.

Figure faisant un pont entre la culture juive et la culture chrétienne, sa représentation même est le sujet de débats. Après son entrevue avec Dieu sur le mont Sinaï, sa tête est-elle surmontée de rayons ou de cornes ? Le mot קָרַן (qaran) a les deux sens ! Il faut aux chrétiens remonter aux origines hébraïques de l’Ancien Testament pour essayer de répondre. Les artistes, dans le doute, vont parfois représenter Moïse avec des cheveux/rayons/cornes difficiles à distinguer…

Ma culture des iconographies juive et chrétienne ne me permet pas de vous livrer une critique légitime de l’exposition, aussi je préfère me contenter d’évoquer quelques facettes de celle-ci qui ont piqué ma curiosité, ou qui sont des préoccupations constantes pour moi, comme la question de la traduction, de l’interprétation, de la transmission par le langage.

C’est la dernière partie de l’exposition qui a piqué ma curiosité. Intitulée « Portrait de l’artiste en Moïse », elle aborde l’identification des artistes à la figure d’un personnage visionnaire, prophète, interlocuteur privilégié de Dieu. La sculpture de Moïse par Michel-Ange, « Moïse des artistes », pour le tombeau du pape Jules II, est l’une des plus importantes représentations de Moïse dans l’histoire de l’art.

Mausolee de Jules II : Moise, 1513-1545. Sculpture de la renaissance realisee par Michelangelo Buonarroti dit Michel-Ange (Michelange ou Michel Ange, 1475 - 1564). Eglise San Pietro in Vincoli, Rome. ©Jemolo/Leemage
Mausolee de Jules II : Moise, 1513-1545. Sculpture de la renaissance realisee par Michelangelo Buonarroti dit Michel-Ange (Michelange ou Michel Ange, 1475 – 1564). Eglise San Pietro in Vincoli, Rome.
©Jemolo/Leemage

Cette sculpture, où Moïse est représenté cornu, avec une musculature impressionnante, est d’un intérêt particulier pour Sigmund Freud. Dès 1914, il lui consacre un article dans la revue Imago : Le Moïse de Michel-Ange
. La figure de Moïse restera importante pour Freud tout au long de sa vie, et il finira par lui consacrer un livre, son dernier : L’homme Moïse et la religion monothéiste, publié en 1939, année de la mort du fondateur de la psychanalyse.

« Le Moïse de Michel-Ange », c’est un texte qui commence, comme d’autres de Freud, avec une introduction très personnelle qui lui permet de parler de son rapport à l’expérience, à la jouissance esthétique. Puis il s’engage dans une analyse détaillée de la sculpture, dans une recherche en particulier de détails significatifs qui seraient dédaignés, ou refusés, par une observation plus simple. Et c’est l’attitude des mains de Moïse, la manière dont elles saisissent sa barbe, qui vont spécifiquement l’intéresser.

Je cite un seul passage de la traduction par Marie Bonaparte :

On ne peut donc pas dire que la main droite joue avec la barbe ou qu’elle y fourrage ; ceci seul est exact : un doigt unique, l’index, appuie sur une partie de la barbe et y creuse une profonde rigole. Voilà certes un geste bizarre et difficile à comprendre que de presser sa barbe d’un seul doigt !

Pour conclure, cette exposition au musée d’art et d’histoire du Judaïsme est une nouvelle fois pour moi (et j’espère pour vous !) la source de curiosités et de pistes d’étude. Et il ne s’agit certainement que d’un très petit nombre des chemins de recherche ouverts par l’exposition…

A suivre !

(Pour aller plus loin, je vous recommande une conférence, « Moïse fragile », par le charismatique historien Jean-Christophe Attias, qui évoque les ambiguités du prophète. Cette conférence reflète le contenu de l’ouvrage éponyme.)

Si vous avez vous aussi visité l’exposition, si vous voulez réagir à mes points d’attention sur Moïse, si vous êtes l’un des commissaires de l’exposition, je serai ravi de lire vos réactions !

Bonus : deux émissions sur France Culture, partenaire de l’exposition :

Cet article vous a plu et/ou vous fait réagir ? Partagez-le, laissez un commentaire ou abonnez-vous au flux RSS pour ne rien manquer des prochains !

Commentaires Facebook

7 commentaires

  1. 12 mai 2016
    Répondre

    That’s cleared my thoughts. Thanks for coiinrbuttng.

  2. kalau baca Isnuansa, langsung teringat; oh blog yang penyajian tulisannya cerdas dan sederhana , namun tepat mengena. salam. .-= bundadontworry´s selesai [nulis] ..Memohon maaf dengan hati. =-.Sederhana, mudah-mudahan seperti orangnya

  3. I love how our God can make a point. God is all powerful and mighty. So powerful that, to prove His point, He came as the weakest, most helpless being–a human babe. Cool

  4. 25 décembre 2016
    Répondre

    if you seriously want to learn to read body language, you’d do better to totally ignore this video. It’s full of half-true facts and some totally wrong info.

  5. percocet…I was very pleased to find this web-site.I wanted to thanks for your time for this wonderful read!! I definitely enjoying every little bit of it and I have you bookmarked to check out new stuff you blog post….

  6. Me han sido muy utiles las normas para hacer sábanas de ajuste.Quisiera saber si es bueno un nordico de duvet para bebe o ¿cúal es el mejor ?.Gracias

  7. nada q ver!… para una persona que realmente sabe utilizar photoshop todo es facil yo tambien decia lo mismo pero tienes que ir pausando el video! si no.. nunca entenderas..tienes que aprender aser las cosas… yo asta me desesperaba por lo mismo…

Répondre à http://www./ Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *