L’univers musical de Jiří Wehle

Si vous vous promenez dans Prague, vous rencontrerez peut-être cet homme. Ne croyez pas, comme je l’ai cru la première fois que je l’ai rencontré, que c’est un simple vagabond !

Jiří Wehle

Il se déplace toujours avec bon nombre d’instruments, si j’ai bien compris, ce sont des copies d’instruments anciens, ou des instruments créés par Jiří. Il a déjà deux albums à son actif, dont vous pouvez écouter des extraits sur son site officiel.

Je ne sais pas lire le tchèque, donc je ne peux pas vous traduire ce qui est expliqué sur son site. Mais ce que j’ai pu lire dans la pochette du CD que je lui ai acheté dans la rue (l’album Potulný bard), c’est qu’il chante des versions tchèques de chansons médiévales, dont des poèmes de Villon.

Ses chansons vous emportent dans un univers bien particulier, celui de la chanson d’amour médiévale, avec les intonations de la langue tchèque que j’aime beaucoup. C’est particulièrement exceptionnel d’écouter justement Jiří Wehle à Prague, la ville au charme romantique omniprésent.

Alors si vous vous rendez à Prague, rôdez entre la place de la nouvelle ville (Václavské náměstí) et la place de la vieille ville (Staromestské námestí), voire jusqu’au pont Charles, et vous pourriez bien avoir la chance de le voir et de l’écouter !

(photo : straw dog)

Cet article vous a plu et/ou vous fait réagir ? Partagez-le, laissez un commentaire ou abonnez-vous au flux RSS pour ne rien manquer des prochains !

Commentaires Facebook

3 commentaires

  1. Sobota
    10 septembre 2010
    Répondre

    M. Wehler a écrit sur son site web: « J’ai travaillé pendant de nombreuses années à le Pont Charles (Karluv Most), même sous le régime totalitaire. Après Novembre (1989, la chute du régime communiste) j’ai joué ici (à la pont) très souvent et il est vraiment devenu une sorte de mon lieu de domicile. Malheureusement, depuis 1993, la dite « Association des Artistes de la Pont Charles » a reçu des privilèges presque illimités de la part de la mairie de Prague 1 (1er arrondissement de Prague) et ces privilèges sont sont malheureusement en conflit avec
    le bon sens et la loi sur les associations civiques. Il y a des ratios de participation sur le pont, je suis souvent critiqué. Pour une variété de façons, j’ai été victime, puis (en 2005), ils m’ont bani totalement du pont Charles. J’espère avec mes amis et musiciens que la situation sur le pont Charles éventuellement changer pour le mieux dans l’avenir ». Je dit: Honte pour la mairie de Prague.

  2. Jean-Michel Creuillenet
    10 mai 2013
    Répondre

    Je reviens de Prague et j’ai vu Jiri Wehler. Un vrai bonheur. Je lui ai acheté l’album Zpivana poésie. Il m’a dit que c’était sous influence des Tri Yann, notre musique bretonne qu’il aime beaucoup. J’ai compris qu’il venait en France au festival de musique des vieux instruments près de Châteauroux, mais je ne sais pas quand.
    Merci Monsieur Wehler.
    Jean-Michel, un des nombreux touristes qui vous a découvert le 7 mai 2013.

  3. Jean-Pierre Phelouzat
    18 avril 2014
    Répondre

    J’ai découvert Jiri Wehler sur le pont Charles quand j’ai visité Prague avec mon fils Manu. Nous sommes restés longtemps à l’écouter chanter et nous avons lié une longue conversation, hésitante puisque nous ne parlions pas le tchèque ! J’écoute toujours avec plaisir le CD que je conserve avec reconnaissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *