Une sélection d’expos pour novembre 2011

  • A partir du 3 novembre, l’exposition Plonk & Replonk à la librairie du Centre Culturel Suisse :

    L’association Plonk & Replonk Editeurs est un collectif fondé en 1997, basé à La Chaux-de-Fonds, en Suisse, qui crée principalement des images, et plus spécifiquement des photomontages humoristiques, qui sont souvent diffusés dans la presse. La librairie du Centre culturel suisse sera habitée par des photographies sur coton, des objets en bronze, des plaques de rues détournées et des nains de jardin scellés dans le béton.

  • Du 6 au 13 novembre, le salon Jeune Création 2011 au 104 :

    Peintures, sculptures, photos, dessins, vidéos, installations et performances investiront les 2500 mètres carrés des écuries. Ce rendez-vous annuel établit une cartographie de la jeune création contemporaine émergente, mettant en lumière la diversité de ses vocabulaires esthétiques. Par une programmation pointue d’une soixantaine d’artistes provenant d’une quinzaine de pays, Jeune Création réaffirme son rôle de dénicheur de talents. Forts de leur collaboration depuis 2009, le CENTQUATRE et Jeune Création deviennent cette année des partenaires privilégiés. Ils proposent une ouverture publique élargie à deux week-ends et une exposition ponctuée de nombreux événements.

  • Du 10 au 13 novembre, le salon Paris Photo au Grand Palais :

    Paris Photo célèbre sa 15è édition au Grand Palais ! Une évolution majeure pour le rendez-vous international incontournable pour la photographie. 117 galeries, originaires de 23 pays, présentent le meilleur de la photographie du XIXe siècle, moderne et contemporaine au coeur de Paris. Pour compléter ce panorama mondial, 18 éditeurs spécialisés d’envergure internationale seront présents au sein d’un espace dédié.

  • A partir du 10 novembre, l’exposition Game Story, une histoire du jeu vidéo dans les Galeries nationales du Grand Palais :

    Illustration Olivier Huard pour la Rmn-Grand Palais © SEGA © 2011 NAMCO BANDAI Games Inc.

    Apparu au début des années 1970, le jeu vidéo est un média jeune qui n’a cessé d’évoluer et de se perfectionner jusqu’à devenir de nos jours une industrie culturelle majeure.
    Dès son apparition, ce nouveau média a fait l’objet de nombreuses discussions et analyses s’intéressant essentiellement à l’impact social ou personnel de son utilisation. Cette exposition vise donc à l’aborder sous un angle différent, esthétique et culturel.

  • A partir du 15 novembre, l’exposition Casanova, la passion de la liberté à la BnF François Mitterrand :

    Le nom de Casanova a longtemps été synonyme d’« homme à femmes », un Casanova ou un Don Juan étant des termes plus ou moins interchangeables. S’il y a une différence dans la manière dont ces deux personnages conçoivent la séduction, il n’y a aucune commune mesure dans leur statut : Don Juan est une création légendaire, Casanova a été créé par Casanova lui-même, aussi talentueux pour l’art de la mise en scène que pour l’allant de la narration. Le but premier de cette exposition est de révéler cette force d’écriture au grand public. Et, dans le même mouvement, d’entraîner le visiteur sur les pas de cet extraordinaire aventurier du plaisir.

  • A partir du 23 novembre, l’exposition Danser sa vie au Centre Pompidou :

    Le Centre Pompidou consacre une exposition sans précédent aux liens des arts visuels et de la danse, depuis les années 1900 jusqu’aujourd’hui. Sur plus de deux mille mètres carrés sont présentées près de 450 œuvres : des chefs-d’œuvre de l’art du XXe siècle, de Matisse à Warhol; des chorégraphies qui marquèrent des moments clefs d’un siècle de danse, de Nijinski à Merce Cunningham; et des œuvres d’artistes contemporains inspirés par la danse, d’Olafur Eliasson à Ange Leccia.

  • A partir du 28 novembre, l’exposition Gaston Fébus au Musée national du Moyen-Age :

    Gaston Phébus entouré de ses veneurs, dans Le Livre de la chasse, Paris, vers1408-1409 © Bibliothèque nationale de France

    Gaston Fébus (1331-1391), comte de Foix, vicomte de Béarn, prince pyrénéen réputé pour sa richesse, son goût de l’indépendance et le lustre de sa cour, est aussi l’auteur d’un célèbre Livre de la chasse dont les éditions manuscrites illustrées sont nombreuses. L’exposition se penche sur cette personnalité médiévale fascinante et complexe, en explorant la représentation et l’apport de cette figure historique et légendaire. Elle s’organise autour des manuscrits illustrés du Livre de la chasse et des textes relatifs à la vie de Gaston.

  • A partir du 29 novembre, l’exposition Exhibitions, l’invention du sauvage au musée du Quai Branly :

    Exhibitions met en lumière l’histoire de femmes, d’hommes et d’enfants, venus d’Afrique, d’Asie, d’Océanie ou d’Amérique, exhibés en Occident à l’occasion de numéros de cirque, de représentations de théâtre, de revues de cabaret, dans des foires, des zoos, des défilés, des villages reconstitués ou dans le cadre des expositions universelles et coloniales. Un processus qui commence au 16e siècle dans les cours royales et va croître jusqu’au milieu du 20e siècle en Europe, en Amérique et au Japon.

Cet article vous a plu et/ou vous fait réagir ? Partagez-le, laissez un commentaire ou abonnez-vous au flux RSS pour ne rien manquer des prochains !

Commentaires Facebook

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *