Une sélection d’expos pour février 2012

  • A partir du 1er février, l’exposition 2062, Aller-retour vers le futur à la Gaîté Lyrique :

    L’exposition 2062 invite artistes, designers et architectes à s’approprier l’espace et le temps autour de trois approches qui se répondent : le futur vu depuis 2012, 2012 vu depuis le futur et un panorama de 200 ans, de l’inauguration de la Gaîté (en 1862) jusqu’à 2062.

  • A partir du 1er février, l’exposition De l’impression au rêve, paysages de Henner au musée Jean-Jacques Henner :

    C’est une histoire de paysage, de composition, de personnages, d’univers rêvé…Autour de plus de quatre-vingt-dix peintures et dessins sortis de ses réserves et restaurés, cette exposition nous plongera dans l’univers de l’artiste au fil de ses voyages et des années. De Rome à l’Alsace en passant par la campagne italienne, sa vision onirique transforme la réalité en tableaux dans lesquels on rêve de plonger.

  • A partir du 2 février, l’exposition Trompe l’oeil, imitations, pastiches dans la galerie d’études des Arts Décoratifs :

    Le trompe-l’œil trouve son origine dans les fresques et mosaïques antiques. En art décoratif, cette « tromperie des yeux » prend des formes très diverses et s’applique à l’objet, à la mode ou à l’affiche. De nombreuses matières peuvent être imitées par d’autres : le linoléum imite le plancher, la céramique le jaspe, le verre le porphyre, le papier peint le marbre, le strass le diamant…
    Un objet peut également en cacher un autre: que trouve t-on derrière la façade d’un secrétaire ou qu’est-ce qu’un « cabinet d’affaires » ? En jouant avec les styles et les références, l’objet nous trompe aussi sur son époque : le Moyen-Âge réinterprète l’Antique alors que le XIXe siècle imite le Moyen-Âge… Les jeux fondés sur les mécanismes de la vision et les effets d’optique sont tout autant utilisés par les créateurs pour troubler la perception du réel.
    Comme un jeu de piste à travers les siècles et les matières, c’est au grand jeu de l’illusion que vous convie cet accrochage. Réunis en douze thèmes, près de 400 objets issus des collections des Arts Décoratifs, jamais ou rarement montrés, se font écho et témoignent des inventions techniques et artistiques.

  • A partir du 8 février, l’exposition Doisneau, Paris les Halles à l’Hôtel de Ville de Paris :

    Robert Doisneau prend sa première photo dans le quartier des Halles en 1933. Il restera fidèle au quartier pendant 40 ans, revenant sans cesse visiter ce lieu, prendre son pouls, fixer sur le négatif les évolutions et les nouveautés.
    Dans les années 1960, les Halles sont menacées, et Robert Doisneau, inquiet et en colère, entreprend de tout voir, tout vivre, tout photographier.
    Son regard, à la fois esthétique et sociologique, se fait patrimonial. 150 tirages, pour la plupart vintages, sont présentés au public. Une salle est consacrée aux photographies en couleur des années 1960, permettant un regard nouveau à la fois sur les Halles et sur l’oeuvre de Doisneau.
    Avec ce témoignage de l’un des plus grands photographes du xxe siècle sur l’un de ses quatiers emblématiques, la Ville de Paris poursuit son exploration de l’histoire de la capitale et de ses habitants.

  • A partir du 10 février, l’exposition Vidéodrones de Céleste Boursier-Mougenot au Collège des Bernardins :

    Dans cette série, il utilise le principe technique éponyme qui constitue un système musical dont la source sonore est l’image. La sortie vidéo d’une caméra connectée à l’entrée d’un amplificateur audio produit un bourdonnement continu, génère un drone qui module en fonction de la quantité de lumière captée par la caméra, de la luminosité, de la vitesse et de la taille des objets qui traversent son cadre.

  • A partir du 17 février, l’exposition Néon à la Maison Rouge :

    A partir du 17 février 2012, la maison rouge accueillera la première grande exposition internationale consacrée au néon dans l’art des années 1940 à nos jours, présentant plus d’une centaine d’œuvres historiques ou inédites. Des pionniers comme Lucio Fontana au début des années à 50, à François Morellet, Bruce Nauman, Joseph Kosuth, Maurizio Nannucci ou Mario Merz dans les années années 60, à des artistes tels que Jason Rhoades, Jeppe Hein, Alfredo Jaar, Claude Lévêque, Sylvie Fleury et tant d’autres aujourd’hui…

  • A partir du 21 février, l’exposition Berenice Abbott au Jeu de Paume :

    L’exposition “Berenice Abbott (1898-1991), photographies” dévoile pour la première fois en France les différentes étapes de la carrière de cette photographe américaine. Cette rétrospective propose plus de 120 photographies, des ouvrages originaux et une série de documents inédits. En présentant des portraits, des photographies d’architecture et des prises de vue scientifiques, l’exposition montre les multiples facettes d’une œuvre souvent réduite à quelques images.

  • A partir du 21 février, l’exposition Debussy et les arts au musée de l’Orangerie :

    L’exposition propose d’évoquer les rencontres majeures du musicien avec les artistes et poètes de son temps, évoqués notamment par les collections de trois familles amies qui le soutinrent dans les années difficiles qui précédèrent la création de Pelléas et Mélisande : celle du peintre Henry Lerolle, du compositeur Ernest Chausson et d’Arthur Fontaine, conseiller d’Etat.
    En ces milieux où le raffinement, le goût et la simplicité excluent toute mondanité, le musicien pouvait admirer des œuvres de Degas, Renoir, Vuillard, Gauguin, Camille Claudel, Maurice Denis, Redon, Bonnard, Carrière, Puvis de Chavannes. Des tableaux, dessins et pastels seront accompagnés de lettres et photographies de ces artistes, d’éditions originales de Gide, Louÿs et Valéry, de manuscrits de Chausson et Debussy.

  • A partir du 21 février, l’exposition sur le Théâtre de la Huchette à la BnF François Mitterrand :

    Le don du directeur honoraire du Théâtre de la Huchette, Jacques Legré, et du directeur actuel, Jean-Noël Hazemann, qui se compose d’archives de spectacles et d’archives administratives depuis les années 1960, documente la vie de cette petite scène de la rive gauche. Géré par une originale coopérative d’acteurs, le Théâtre de la Huchette, qui a eu à coeur d’accueillir des créations, donne sans discontinuer deux pièces d’Eugène Ionesco, La Cantatrice chauve et La Leçon.

  • A partir du 28 février, l’exposition Radio : ouvrez grand vos oreilles ! au musée des Arts et Métiers :

    Le Musée des arts et métiers présente du 28 février 2012 au 2 septembre 2012 Radio : ouvrez grand vos oreilles ! : sa nouvelle exposition temporaire sur l’histoire de la radiodiffusion en partenariat avec Radio France et l’Institut national de l’audiovisuel (INA).

Related Posts with Thumbnails
Cet article vous a plu et/ou vous fait réagir ? Partagez-le, laissez un commentaire ou abonnez-vous au flux RSS pour ne rien manquer des prochains !

8 commentaires

  1. amandine
    5 février 2012
    Répondre

    bonjour,
    pourriez mettre les liens des musées, facebook des expos présentées?
    merci!

  2. Amandine, les liens sont bien là mais en effet on ne les voyait pas ! Ils sont maintenant en violet souligné, on ne les ratera plus :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *