Songe d’une expo d’hiver : Rêve de monuments à la conciergerie

Actuellement le Centre des Monuments Nationaux propose une exposition à la Conciergerie dont le titre et l’affiche promettent une expérience onirique : « Rêve de monuments ». Je dois avouer que son propos me reste encore à l’heure où j’écris ces lignes un peu étranger. C’est sûrement l’impression laissée par la première partie qui persiste; car sur une bonne moitié de l’exposition, le rapport du thème aux pièces exposées est assez lointain. Beaucoup d’élévations de bâtiments, dont des vues de Viollet-le-duc occupent les cimaises. La deuxième sous-section était pourtant prometteuse, mêlant l’amour courtois aux représentations fantasmées d’architectures présentes pour mettre en avant les personnages, leurs caractères ou rôles dans une sorte de préfiguration médiévale du paysage état-d’âme du romantisme. Médiévale ? Pas vraiment en fait, puisque des documents de toutes époques se mêlent dans une scénographie illisible et distendue. Seules quelques pièces contemporaines, clairement mises à l’écart dans des éléments spectaculaires renvoient à la thématique fort à propos.

La deuxième partie m’a beaucoup plus intéressé: les documents s’y multiplient, et le propos de l’exposition devient cohérent au travers de thématiques variées telles que le film noir, les jardins, le théâtre, les jeux (maquette en Lego de Harry Potter et château de sable à l’appui). cette fois, l’imagination est au pouvoir ! Rétrospectivement, la première partie s’enrichit aussi de ce nouvel axe de lecture : la capacité de la société à prendre (ou non) du recul sur son quotidien.

Cette exposition a deux faces, d’ailleurs, le catalogue se lit dans un sens ou dans l’autre. La première face est celle de la tentative normative, la seconde de l’imagination. Si l’ambition était celle-ci, il faut clairement le dire : l’exposition ne va pas assez loin. Très documentaire, elle n’est pas rendue suffisamment entraînante par la scénographie inventive, qui ne dialogue malheureusement pas bien avec les lieux. Malgré ces critiques, si vous en avez l’occasion, l’exposition mérite une visite ne serait-ce que pour cette deuxième partie bien menée.

Rêve de monuments
du 22 novembre 2012 au 24 février 2013
à la Conciergerie

Actuellement chargé de projets numériques au Centre Pompidou, je m’occupe également à titre indépendant de formation et de conseil en stratégie numérique. Vous pouvez retrouver mes articles sur http://www.veculture.com

Facebook Twitter 

Cet article vous a plu et/ou vous fait réagir ? Partagez-le, laissez un commentaire ou abonnez-vous au flux RSS pour ne rien manquer des prochains !

Commentaires Facebook

7 commentaires

  1. […] le cadre de Lille 3000 dont le thème est cette année le fantastique. En résonance avec l’exposition du CMN à Paris, le sujet est proche de l’architecture ou de l’urbanisme, mais traité sous un angle […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *