Nature Capitale : le théorème du libre arbitre, au Grand Palais

Les 23 et 24 mai 2010, dans le cadre de l’oeuvre Nature Capitale qui recouvrait les Champs Elysées de 150 espèces végétales, le Grand Palais présentait l’installation Le Théorème du Libre Arbitre. Le 20 mai, j’étais au vernissage de cette installation.

Le théorème du libre arbitre dit : « si deux expérimentateurs sont libres de choisir quelles mesures ils vont faire, alors le résultat des mesures ne peut être déterminé par aucune fonction mathématique dont les arguments seraient des états de l’univers antérieur à ce choix. » Autrement dit, si les expérimentateurs sont doués de libre arbitre, les particules le sont aussi.

L’installation « Le théorème du libre arbitre » est faite d’un entrelacement de mousses parsemées de bougies. Lors du vernissage, l’oeuvre était mise en musique, et des danseuses munies de pulvérisateurs sautillaient entre les formes dessinées au sol par les résurgence de la nature, en les arrosant parfois.

Changeons un peu la règle du jeu : je vous laisse proposer vos interprétations.

Related Posts with Thumbnails
Cet article vous a plu et/ou vous fait réagir ? Partagez-le, laissez un commentaire ou abonnez-vous au flux RSS pour ne rien manquer des prochains !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *